You are currently browsing the category archive for the ‘Titien’ category.

Titien

Gustav Klimt

Follower of Hendrick Goltzius

Fedele Fischetti

Jacques Blanchard

Don Doe

androm1.jpg

Gustave Doré

androm2.jpg

Le Titien

androm3.jpg

Théophile Chasseriau

… ou l’amour d’une nymphe pour une nuée…

Antonio Allegri detto il Correggio

Jean Honoré Fragonard

Le Titien

Betsy Podlach

François joseph Navez, Salmacis et Hermaphrodite , 1829

Olaf Martens

Titien, Vénus et Adonis

«On sent bien que pour Titien, quand il dispose une Vénus de la chair la plus pure, mollement assemblée sur la pourpre dans la plénitude de sa perfection de déesse et de chose peintre, peindre fut caresser et joindre deux voluptés dans un acte sublime. » Paul Valery.

titien1.jpg

Le sexe de la Vénus d’Urbino juste au centre du tableau, serait-ce une préoccupation majeure du Titien ? Vénus semble regarder le spectateur. Qu’a-t-elle donc à l’esprit ? L’appelle-t-elle ? Elle a le regard invitant , les cheveux dénoués sur les épaules, la position de la main qui dissimule tout en ébauchant un geste d’appel, une pose alanguie sur le lit défait. Et cette main ? geste pudique ? Ou l’auriculaire de la main gauche si proche de… s’apprête-t-il… Et que farfouillent donc ces deux femmes à l’arrière-plan ? Celle vêtue de blanc a les doigts plongés dans le… coffre. Titien, la Vénus d’Urbino, 1538-1539

titien2.jpg

Même dans ses rêves « la Vénus endormie » a les doigts toujours aussi proches de son écrin d’amour… Mais cette fois c’est Giorgione, et non pas Titien, vers 1510

titien3.jpg

Plus pudique cette fois, la déesse, tandis qu’elle écoute d’une oreille distraite le jour de luth. Titien, Vénus, Cupidon et le joueur de luth (1560)

titien4.jpg

Vénus toujours plus que négligemment voilée et tout aussi distraite. Pourtant l’organiste cherche l’approbation de sa Muse. Titien, Vénus et le joueur d’orgue, 1550-1552

titien5.jpg

Ce second joueur d’orgue se tourne aussi vers la déesse, totalement dévoilée cette fois et qui caresse un chien, mais l’inclinaison du regard de l’homme est cette fois beaucoup plus explicite. L’inspiration doit se situer au creux de la conque vénusienne… Titien, Vénus et la musique, vers 1545.

508px-titian_venus_mirror_.jpg

« Voici encore Vénus à la fourrure, dit-il avec un fin sourire ; je ne crois pas que le vieux Vénitien ait jamais posé ses regards sur l’original. Il a fait simplement le portrait quelconque d’une Messaline de qualité et a eu la gentillesse de faire tenir par l’Amour le miroir dans lequel elle examine ses charmes majestueux avec un plaisir indifférent, besogne qui semble devenir assez pénible au bel enfant. Plus tard, un connaisseur quelconque de l’époque du rococo a baptisé la dame du nom de Vénus, et la fourrure de la despote, dans laquelle le Titien a enveloppé le joli modèle, bien plus par crainte d’un rhume que par pudeur, est devenue un symbole de la tyrannie et de la cruauté que cachent la femme et sa beauté. » Leopold von Sacher-Masoch, « La Vénus à la Fourrure, roman sur la flagellation » (1870)

venus.jpg

Elle alla vers la cheminée, y prit le fouet, et, me considérant en riant, le fit siffler en l’air, puis elle retroussa lentement les manches de sa jaquette fourrée.
« Admirable femme ! m’écriai-je.
Tais-toi, esclave ! »
Son regard prit tout à coup un air sombre, voire même sauvage et elle me cingla du fouet ; le moment d’après, elle posa délicatement son bras autour de ma nuque et se pencha avec compassion vers moi.
T’ai-je fait mal ? demanda-t-elle à moitié confuse, à moitié angoissée.
Non ! repris-je, et si cela était, les douleurs que tu m’infliges sont une jouissance pour moi. Fouette-moi encore, si cela te fait plaisir.
Mais cela ne me fait aucun plaisir. »
Une étrange ivresse s’empara de nouveau de moi.
« Fouette-moi, priai-je, fouette-moi sans pitié. »
Wanda brandit le fouet m’en frappa par deux fois.

Leopold von Sacher-Masoch, « La Vénus à la Fourrure, roman sur la flagellation » (1870)

sigaret.jpg

Venus in furs, un film de Maartje Seyferth et Victor Nieuwenhuijs, 1995

Shiny, shiny, shiny boots of leather
Whiplash girlchild in the dark
Clubs and bells, your servant, don’t forsake him
Strike, dear mistress, and cure his heart

The Velvet Underground & Nico (texte de Lou Reed), 1967

avertissement

D'accord, ce blog investit le champ artistique... Néanmoins, certains billets pourraient être fort explicites suivant les tribulations de l'auteur. Vous voilà prévenus.

point de vue

il n'y a pas d'art érotique. Il n'y a que l'art. Il peut bien sûr être érotique. Question de point de vue... sur l'art.
décembre 2017
L M M J V S D
« Mai    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Revue de net

Archives

Catégories

Stats depuis le 17.06.07

  • 4,186,590 visites