You are currently browsing the category archive for the ‘Lequeu Jean-Jacques’ category.

Pablo Picasso, le cocu magnifique

Moke

Richard Prince

Jean Jacques Lequeu

Jean-Jacques Lequeu , pour la chambre à coucher de Mme de Montholon

l’inscription en bas à droite précise : tous les appartements des Anciens, et particulièrement la chambre nuptiale, étaient ornés des sujets les plus lubriques.

Sarah Lucas

Mariko Mori, Love hotel, 1994

James Pradier (Genève, 1792 – Rueil, 1852), Satyre et Bacchante

Karl Brulloff, (1799 – 1852), Silen, Satyr and Bacchanals. 1830s. Sepia and pencil on paper

Lequeu Jean-Jacques, les priapées des Satyres et des Bacchantes

Jef Lambeaux, Nymphe et Satyre

Antoine Watteau, Nymphe et Satyre, Jupiter et Antiope, vers 1715

Olivier Rebufa, Pan et Nymphe, 2001

Alexandre Cabanel, la nymphe et le satyre , 1860

Lequeu, Jean Jacques (1757-1826); Ah Elle s’écoute.

Pablo Picasso, la pisseuse , 1965

Claude Fauville

Gilles Berquet

de la série instruisons-nous : Jeune con dans une attitude des conjonctures de Vénus.

Lequeu, Jean Jacques (1757-1826). Jeune con dans une attitude des conjonctures de Vénus. [Entre 1779 et 1795].

« A.Motte ; partie de choix qui doit être couverte d’un poil noir et long, de vers le nombril jusqu’au coccis, bien ombragé ; et qui à force d’attouchements lascifs ; à force de frotter avec l’index, les femmes jouissent ainsi que nous ». « A.clitoris ». « Conin ».

Voilà qui est rassurant.

de la série instruisons-nous (postures lubriques de Vénus et Bacchus)

Jean-Jacques Lequeu, fonctionnaire du cadastre, architecte visionnaire et révolutionnaire, au goût de l’insolite fort développé et qui ne dédaignait pas de se représenter travesti, construisit fort peu mais laisse une oeuvre graphique considérable. Le sexe fait indubitablement partie de ses préoccupations.
Et les légendes de ses dessins valent leur pesant d’or.

Lequeu, Jean Jacques (1757-1826). « L’infame Vénus couchée. Posture lubrique d’après nature ». [Entre 1779 et 1795]. Lequeu de commenter : « son visage est en feu », « tétons ronds et séparés, très blancs,ou… », « tétons rondelets et durs », « cuisse grasse », « le poil crépu », le con relevé », « les parties ouvertes du désir ardent ».

Lequeu, Jean Jacques (1757-1826). « Posture lubrique de Bacchus ».
Et pour commentaires , de haut en bas et de gauche à droite : « Ventre », « Le prépuce remonté et coupé aux circoncis », « Le dieu Priape, le membre droit et épouvantable, dans l’action à faire son office », « testicules », « la verge longue et quarrée (sic), ou le vit bandant, c’est-à-dire, grossi et allongé dans l’action du coït »

avertissement

D'accord, ce blog investit le champ artistique... Néanmoins, certains billets pourraient être fort explicites suivant les tribulations de l'auteur. Vous voilà prévenus.

point de vue

il n'y a pas d'art érotique. Il n'y a que l'art. Il peut bien sûr être érotique. Question de point de vue... sur l'art.
avril 2017
L M M J V S D
« Mai    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Revue de net

Archives

Catégories

Stats depuis le 17.06.07

  • 4,155,983 visites