You are currently browsing the category archive for the ‘Klossowski Pierre’ category.

Dahmane

Cercle de Jean Louis David, la poétesse Sapho

Valery Bareta

Dahmane

Pierre Klossowski

Alva Bernardine

Ernesto Timor

Pierre Klossowski

Louise Bourgeois

Richard Kern

Hans Breuder

Jean Gouweloos

Félicien Rops

Pierre Klossowski

Paul Auguste Masui, la femme et le pantin

Pablo Picasso, Trois Mousquetaires Saluant une Femme au Lit

Pierre Klossowski, Milady et d’Artagnan

Pablo Picasso, un mousquetaire

Pabo Picasso, Grosse Prostituée et Mousquetaire

null

Giulio Romano, Apollon et Cyparisse

null

Pierre Klossowski

null

Raffaelle da Montelupo, Jupiter embrassant Ganymede

Le Tintoret, Lucrèce et Tarquin

Pierre Klossowski, Lucrèce

Helmut Newton, Cyberwoman

Naoto Kawahara

Pierre Klossowski

Helen Chadwick, Vanity, 1986

Patti Chang, performance

Del Lagrace Volcano , Embrace, 2000

Wynn Bullock, Torso in Window, 1954

Pierre Klossowski

Wynn Bullock, Barbara Through Window, 1956

La petite culotte de Roberte, entre les barres parallèles. Pierre Klossowki.

07_image_1.jpg
Petite culotte et rideau rouge. Brassaï.

05-511931.jpg

Dans la série : « Erotiquement, j’ai toujours eu un faible pour les escaliers »

Dans l’escalier, les agresseurs ne sont, une fois de plus, que l’instrument de l’exposition de Roberte. Serions nous comme Octave ou Pierre Klossowski lui-même contemplatifs du péché? Roberte, ce soir.

Pierre Klossowski, Roberte et les collégiens V (vision du Professeur Octave), 1974

 » ah! être si près du but, et si loin  » Pierre Klossowski, Le Bain de Diane, Paris, J.-J.Pauver, 1956, p.85.


Tandis que Diane se baigne dans la fontaine de Gargaphie, Actéon errant d’un pas incertain dans ce bocage qui lui est inconnu, arrive dans l’enceinte sacrée, entraîné par le destin qui le conduit. À peine est-il entré dans la grotte où coule une onde fugitive, que les nymphes l’apercevant, frémissent de paraître nues, frappent leur sein, font retentir la forêt de leurs cris, et s’empressent autour de la déesse pour la dérober à des yeux indiscrets. Mais, plus grande que ses compagnes, la déesse s’élevait de toute la tête au-dessus d’elles. Tel que sur le soir un nuage se colore des feux du soleil qui descend sur l’horizon; ou tel que brille au matin l’incarnat de l’aurore naissante, tel a rougi le teint de Diane exposée sans voiles aux regards d’un mortel. Quoique ses compagnes se soient en cercle autour d’elles rangées, elle détourne son auguste visage. Que n’a-t-elle à la main et son arc et ses traits rapides ! À leur défaut elle s’arme de l’onde qui coule sous ses yeux; et jetant au front d’Actéon cette onde vengeresse, elle prononce ces mots, présages d’un malheur prochain :
« Va maintenant, et oublie que tu as vu Diane dans le bain. Si tu le peux, j’y consens ». Elle dit, et soudain sur la tête du prince s’élève un bois rameux; son cou s’allonge; ses oreilles se dressent en pointe; ses mains sont des pieds; ses bras, des jambes effilées; et tout son corps se couvre d’une peau tachetée.

Ovide, les Métamorphoses, Actéon IIIPierre Klossowski, Diane et Actéon, 1954

avertissement

D'accord, ce blog investit le champ artistique... Néanmoins, certains billets pourraient être fort explicites suivant les tribulations de l'auteur. Vous voilà prévenus.

point de vue

il n'y a pas d'art érotique. Il n'y a que l'art. Il peut bien sûr être érotique. Question de point de vue... sur l'art.
avril 2017
L M M J V S D
« Mai    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Revue de net

Archives

Catégories

Stats depuis le 17.06.07

  • 4,156,097 visites