You are currently browsing the category archive for the ‘_poupée’ category.

giro1.jpg

giro2.jpg

giro3.jpg

Martin di girolamo

Ernesto Timor

Gilles Berquet

Ernesto Timor

Jack Vettriano

cindy1.jpg

cindy2.jpg

cindy3.jpg

Cindy Sherman

Hans Bellmer

sexdoll1.jpg

sexdoll2.jpg

sexdoll3.jpg

Vito Acconci, Home Entertainment Center, 1991

Jean Gouweloos

Félicien Rops

Pierre Klossowski

Paul Auguste Masui, la femme et le pantin

Tom Wesselmann

Hans Bellmer

Bob Carlos Clarke

Bob Carlos Clarke

Allen Jones

Cowling Craig

Sarah Lucas, The Stinker 2003

Bunny

Sarah Lucas
Pauline Bunny 1997

Black and White Bunny # 1 1997

netsuke1.jpg

netsuke2.jpg

Ici, David Levinthal présente une série de polaroïds de petit format, où il met en scène des Netsuke érotiques. Anciennement, ces figurines japonaises sculptées dans l’ivoire, l’os ou le bois, étaient des objets d’ornement du costume traditionnel japonais représentant des animaux, des personnages grotesques ou des scènes de la vie quotidienne. Les netsuke de David n’ont, pour leur part, aucune autre finalité que l’émoi sensuel ; avec le XXème siècle, ces figurines ont pris la forme de scènes érotiques pour le marché occidental. Fabriquées en résine, elles sont commercialisées dans des bazars de New York ou sur internet. David Levinthal les collectionne depuis de nombreuses années. Il les photographie dans des mises en scène. Les disposant devant des fonds de tissu coloré, il transforme le réalisme cru de ces sculptures en les plongeant dans des ambiances d’ombres et de lumières, faisant apparaître des fragments de corps, provocant sensualité et désir.

« Des putes en stuc, des polaraoïds en guise de trou de serrure, « Netsuke Series » dresse le portrait de poupées érotiques, véritables Toy sex pour les yeux et les sens. En forme de dido, ces petites geishas sont photographiques autant que pornographiques, elles font évoluer le genre instauré par Bellmer et Brassaï.  »

A propos, en voici un, de netsuke. Une scène homoérotique de 6 x 6 x 4 cm, 19e siècle.

netsuke3.jpg

David Levinthal photographie également des poupées, des figurines. Ses images sont des agrandissements polaroïds de mise en scène à partir de jouets miniatures. Des cow-boys et des indiens ou des jouets pour adultes lorsqu’il évoque le monde des fantasmes. « Il met en scène des poupées qu’il a lui-même assemblées et maquillées, reprenant tous les clichés de la photographie de charme, contrôlant et fabriquant la scène avec une très grande rigueur, permettant ainsi d’affirmer que chaque détail est présent parce qu’il l’a lui-même décidé. Crues ou simplement suggestives, ces images reprennent et assimilent l’esthétique des magazines pornographiques contemporains. Tous les artifices de la séduction et de la soumission sont représentés – lingerie, objets sadomasochistes, cuir – jusque dans les détails du corps et les expressions du visage – grain de peau, seins gonflés de silicone, bouches entrouvertes -. Chaque angle de caméra est choisi de telle manière que ces figurines plastiques trouvées dans des bazars de New York expriment la sensualité et provoquent le désir, nous faisant presque oublier que nous sommes face à des pastiches. »

poupees.jpg

deux amies ? oui en quelque sorte mais peu bavardes. Elena Dorfmann est une photographe américaine qui mène un projet sur le monde de ces actuelles hyperréalistes poupées qu’on ne gonfle plus. Ces sexy dolls deviennent de parfaites « still lovers » que la photographe piste en leurs univers quotidiens

dorfman1.jpg

dorfman2.jpg

dorfman4.jpg

Jeanne Susplugas photographie des poupées érotiques japonaises Made in Japan (2004) qui sont des porte-clés, dans toutes les positions sexuelles. Le résultat est à la fois ludique et dérangeant. Suite donc de notre kamasutra artistique, rubriques diverses positions

made05.jpg
made10sm.jpg
20061207131117_made08-site.jpg
made03sm.jpg

fuck-alone-1.jpg

destricted_noe.jpg

« Fuck alone », ou la contribution de Gaspard Noé au projet « Destricted ».

Une scène d’amour entre un homme et une femme. Une jeune femme se masturbe avec son ours en peluche. Un homme regarde la première scène d’un film porno sur l’écran de sa télévision et se masturbe à l’aide d’une poupée gonflable.
Baptisé We fuck alone en clin d’œil au titre de son premier long métrage Seul Contre Tous (I Stand Alone), Gaspar Noé continue de plonger sa caméra dans la solitude de l’homme face au plaisir. Vingt-trois minutes stroboscopiques visuellement épuisantes qui déconstruisent la relation sexuelle
Et Gaspard Noé, qu’en dit-il ?
« L’idée de départ était de filmer une baby-sitter en train de se masturber devant un film porno à la télé – ce sont les images que j’ai tournées avec Katsumi et Manu Ferrara. Au final, on voit une jeune fille se masturber avec un nounours, à côté d’une chambre où un mec fait pareil avec une poupée gonflable. Katsumi vit la moitié de l’année à Los Angeles et le jour du tournage, elle enchaînait après un autre film porno. Le tournage a été assez court, avec une équipe ultra-réduite, puisque nous n’étions que trois sur le plateau, le couple et moi. Je leur ai dit de faire ce qu’ils avaient à faire, sans donner de directions particulières. « Amusez-vous, prolongez l’acte autant que vous pouvez et une fois que Manu aura joui, ça sera fini. » (Rires) Je suis incapable de dire aux gens comment ils doivent baiser, je m’en étais déjà aperçu avec le clip de Placebo… Je me concentre sur la lumière et les mouvements de caméra. « 

avertissement

D'accord, ce blog investit le champ artistique... Néanmoins, certains billets pourraient être fort explicites suivant les tribulations de l'auteur. Vous voilà prévenus.

point de vue

il n'y a pas d'art érotique. Il n'y a que l'art. Il peut bien sûr être érotique. Question de point de vue... sur l'art.
mai 2017
L M M J V S D
« Mai    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

Revue de net

Archives

Catégories

Stats depuis le 17.06.07

  • 4,160,186 visites