You are currently browsing the category archive for the ‘_draps’ category.

Carpioni Giulio (1613-1679)
Satyre épiant une nymphe dit aussi Jupiter et Antiope

Pablo Picasso

Nicolas Poussin, Nymphe endormie surprise par des satyres, 1627

Manuel Alvares Bravo

Chantron Alexandre Jacques (1842-1918)
Danaë

Richard Kern

Lenoir Charles Amable (1861-?)
Danseuse de Pompéi

Christian Coigny

Fragonard, ou le 18e siècle fripon…

0be3ff33577a86dc-grand.jpg

Jean-Honoré Fragonard, La chemise enlevée

fragonard-feu.jpg

Jean-honoré Fragonard, Le feu aux poudres

11woman.jpg

Jean-Honoré Fragonard, La gimblette

fragonard_-_chien.jpg

Jean-Honoré Fragonard, Jeune fille faisant danser son chien sur son lit, dit à tort La Gimblette

« Mais surtout Fragonard est charmé par les jeux de la femme, le matin, avec elle-même, dans la blancheur et la chaleur du lit, alors qu’elle se renverse, s’allonge et se tiraille dans le réveil. Il aime ces moments abandonnés où sa chair respire le soleil, s’oublie à la lumière., où son corps échappe aux draps, reprend ses élasticités, où sa chemise roulée sous elle par la nuit, ne la voile plus qu’à moitié. C’est la volupté ingénue de cette heure badine, les ébats libres et souriants du réveil, qu’il a voulu peindre dans ce joli tableau : le bonnet échappé, les yeux gais et pleins de ses seize ans, un large sourire à la bouche, une fillette sans souci de ce que montre sa chemise plissée en ceinture, soutient en l’air, au bout de ses pieds, un caniche frisé à figure de conseiller en perruque ; et toute riante, elle enfonce la plante de ses pieds dans les poils du chien qu’elle tient suspendu et auquel elle tend d’une main l’anneau de la Gimblette, pendant qu’un coup de lumière venu du pied du lit file en écharpe entre les rideaux, bat les couvertures, polissonne en sautant sur toute cette chair rosée où le jour semble heureux : c’est la GIMBLETTE, une fleur d’érotisme toute fraîche, toute française, dont vous ne trouverez le germe en ce siècle que dans le fumier du livre des Mœurs de la Popelinière aux premières scènes. C’est le chef-d’œuvre des Fragonard en chemise, après lequel vous ne rencontrerez que LA. CHEMISE ENLEVÉE, cet autre chef-d’œuvre, le plus suave peut-être des tableaux voluptueux..

Au bas du lit, tombée et brûlante encore, est la torche de l’Amour. Vue de tout le dos, une jambe pendante hors du lit, une autre repoussant le drap, la tête retournée sur l’épaule, les cheveux dénoués et leurs boucles épandues par derrière dans le creux de l’oreiller, une femme ayant l’ombre de ces cils sur ses yeux fermés, à sa bouche un sourire endormi, essaye de retenir mollement des deux mains la chemise déjà ravie à son corps, glissant sur ses bras allongés, fuyant de ses coudes, et que tire en l’enroulant sur ses bras un amour renversé en arrière dans l’effort de l’arracher, un amour volant et qui frôle presque du pied le sein qu’il laisse sans voile. Image charmante et poétique, si délicieusement balancée par la lutte! pensée de grâce et de nudité presque antique qui semble montrer le petit Eros colère, violant la pudeur vaincue et défaillante entre les bras du Songe qui la dépouille! » (L’Art du XVIIIe siècle, par Edmond et Jules de Goncourt, Charpentier, 1881-1882, t. III, p. 241 sq.)

avertissement

D'accord, ce blog investit le champ artistique... Néanmoins, certains billets pourraient être fort explicites suivant les tribulations de l'auteur. Vous voilà prévenus.

point de vue

il n'y a pas d'art érotique. Il n'y a que l'art. Il peut bien sûr être érotique. Question de point de vue... sur l'art.
octobre 2017
L M M J V S D
« Mai    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

Revue de net

Archives

Catégories

Stats depuis le 17.06.07

  • 4,180,718 visites