Figure historique des années 80, Miss. Tic se sert des murs de Paris comme les pages d’un journal intime. Autoportraits et autobiographiques, ses pochoirs hantent les mémoires et les pierres parisiennes.

« Créer c’est résister. J’ai résisté à tout sauf à l’amour parfois et à l’humour jamais. » (Miss Tic)