Rodin choisit de représenter la domination de la femme sur l’homme qui, agenouillé devant elle dans une attitude d’adoration, paraît rendre un hommage presque religieux à une divinité indifférente. Notons que le premier titre de l’oeuvre, l’Hostie, indique clairement cette notion de dévotion.

Auguste Rodin, Eternelle idole, 1889


« Ma très bonne à deux genoux devant ton beau corps que j’étreins ». Lettre de Rodin à Camille Claudel (fin 1884 – début 1885 ).

Camille Claudel, l’Abandon, 1905