You are currently browsing the monthly archive for juillet 2007.

Sans doute la plus érotique des oeuvres de l’histoire de l’art récente. Felix Gonzales-Torres, « Perfect Lovers ». 1987-1990.

82383003.jpg

Deux pendules lancées exactement au même moment et qui toutes deux suivront le cours du temps. L’éternité.

clovis1.jpg

Clovis Trouille, Mes funerailles

clovis-2.jpg

Clovis Trouille, Oh Calcutta !

Oh quel cul t’as !

547_de.jpg

f00003jpg.jpg

06_10_05_2b.jpg

Mel Ramos, La Habana et 7 Up, huiles sur toile, Chiquita, tapisserie

chair_06_m.jpg

Chair n°6, Tina Scherzberg, 2006

In a playful yet serious way « Chair 06 » refers to the British artist Allen Jones’ sculpture « Chair ». It has been the intention of the director to work with the different meanings of that work, and focus on making a portrait of a woman that tries to examine what it means to transform herself into an object.

chair.jpg

02029924-443.jpg

jones1.jpg
Allen Jones, table et chaise, 1969

orange3.jpg
Portrait by Allen Jones
In 1970, the British artist Allen Jones received a call from Stanley Kubrick. The director had recently seen Jones’s exhibition featuring controversial fibreglass sculptures of curvaceous, provocatively dressed women functioning as tables, hat stands and chairs. Kubrick was filming an adaptation of A Clockwork Orange and felt that Jones’s furniture would create the look he was after.

inventaire des dieux et héros mythologiques dans toutes les positions amoureuses.  C’est Agostino Carracci, bien sûr.

carracci_angelique_et_med.jpg
Les cuivres secrets

Les postures de l’Aretin
Les    cuivres secrets de Carrache
Le    martinet du libertin
La    moniche avec sa moustache
Et    le sourire des putains

Guillaume Apollinaire

Le prénom de ses modèles ? de ses amantes ? Marcel Mariën dresse un inventaire de prénoms féminins qu’il graphe à fleur de peau. Joli, dernière et première syllabes les lient les unes aux autres. C’est la « nuit étoilée » du surréaliste belge.

marien.jpg

Marcel Mariën, la nuit étoilée, photographie NB, 1992.

Robert Heinecken rassemble des polaroids  de petites culottes. Mais pas n’importe lesquelles. C’est l’éloge de culotte petit bateau. Et le coton, c’est coton. Explication jointe.

rh_posingweb.jpg

heinecken_detail.jpg
Robert Heinecken
Lessons In Posing Subjects/Lingerie (Tank and Hipster), 1981
Six Polaroids on offset print.

Aura Rosenberg a, quant à elle, dressé un inventaire d’orgasmes masculins. Elle a demandé à un certain nombre de femmes de prendre le visage de leur partanaire en close up au moment de l’extase. Ce sont ses « head shots ».

headshot4.jpg

petit inventaires de chattes. C’est le travail de la photographe d’origine chinoise Chin Chin Wu. Et la série, dont voici quelques exemples, s’appelle « portraits dé/visagés »

chinchinwu.jpg

molinier.jpg

Pierre Molinier par Pierre Molinier

« le Chaman » Titre attribué : Comment me trouvez vous? – Molinier Pierre (1900-1976)

2shile.jpg

Egon Schiele par Egon Schiele

pmerritt03.jpg

Natacha Meritt  par Natacha Meritt.

Anyone who has seen her Digital Diaries has intimate knowledge of Natacha Merritt. And of her friends, male and female, and her acquaintances as well. But Merritt’s favourite motif is herself: she poses almost every minute of the day for her camera, taking photographs of herself in bed, in the shower, having sex with her friend, masturbating with and without accessories, from every imaginable angle and with the camera usually at arm’s length.
Merritt, born 1977, works with a digital camera, the Polaroid of the 90s, breaking down the most intimate details into universally accessible bits of information. Eric Kroll came across Natacha Merritt by chance in the internet, where she had put several of her photographs. This was something that left the tradition of classical pin-up and fetish photography, in which Kroll himself works, far behind it.

kozenej.jpg

Robert Mapplethorpe

alix-1.jpg

Alberto Garcia-Alix

nudes_op_13g.jpg

Thomas Ruff

152738_1.jpg

Henri Maccheroni (1932), dentelle de seins, 1981, litho.

studies64.jpg

Robert Heinecken, studies 64, 1970

559px-franz_von_bayros_003.jpg

Franz von Bayros (1886-1924)

deuxamies.jpg

Gilles Berquet, sans titre.

pm-33074-large.jpg

alb_garcia_alix.jpg

Alberto Garcia Alix, Eva, Budapest

1big.jpg

« L’année où brusquement Delacroix, écrit Aragon, part pour le Maroc traversant la France par la neige et une gelée de chien… une bourrasque de vent et de pluie, 1832, il n’y avait pu avoir de Salon au Louvre à cause du choléra à Paris. Mais en mai, une exposition de bienfaisance remplace le Salon, où cinq toiles de petit format prêtées par un ami représentent l’absent. Trois d’entre elles semblent avoir été faites coup sur coup, et probablement en 1826 – 1827 : l’Etude de femme couchée (ou Femme aux bas blancs) qui est au Louvre, la Jeune femme caressant un perroquet qui est au Musée de Lyon et Le Duc de Bourgogne montrant le corps de sa maîtresse au Duc d’Orléans, qui est je ne sais où. « .  Le tableau, précisons-le, est à Madrid, à la Fondation Thyssen-Bornemisza. Et date en effet de 1825/1826.  Sidérant lorsqu’on considère le titre et le tableau. Celui-ci semble représenter un homme qui cache pudiquement d’un drap le corps d’une femme allongée, bien maladroitement il faut le dire,  au regard d’un autre quidam debout face au couple. Et pourtant le titre de l’oeuvre nous apprend le contraire : « Le duc d’Orléans montre le corps de sa maîtresse ».  Un peu plus monsieur le duc ? L’anecdote est plaisante : le duc montre le corps de sa maîtresse, pas son visage. Celle-ci serait en effet l’épouse… du quidam regardeur.

111delac.jpg

garcia_alix.jpg

Alberto Garcia-Alix, Casting, 2000

artwork_images_424046260_18.jpg

Richard Phillips, Threesome, huile sur toile, 2005.

Mais non, elle ne reste pas de bois.

la_lecon_de_guitare_19343.jpg

Balthus, la leçon de musique, 1934

mandolin.jpg

Saudek, la leçon de mandoline, 1993

A propos de jouets, il n’est jamais trop tôt pour penser à sa lettre au Père Noël. Adressez-là à Paul McCarthy, celui-ci se fera un plaisir de faire suivre.

plug.jpg

Si la version king size (du père noël ou du plug) vous semble trop… imposante, il existe aussi la version standard, dite de salon. Enfin de salon ou de où vous voulez.

plug2.jpg

Paul McCarthy: Santa Butt Plug, 2004. 112 x 56 x 53 cm (version salon)

et même les religieuses…

felicien_rops_-_sainte-ther.jpg

Félicien Rops, Sainte Thérèse : drôle d’extase mystique.

avertissement

D'accord, ce blog investit le champ artistique... Néanmoins, certains billets pourraient être fort explicites suivant les tribulations de l'auteur. Vous voilà prévenus.

point de vue

il n'y a pas d'art érotique. Il n'y a que l'art. Il peut bien sûr être érotique. Question de point de vue... sur l'art.
juillet 2007
L M M J V S D
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

Revue de net

Archives

Catégories

Stats depuis le 17.06.07

  • 4 288 280 visites