Au bain, rien ne change ou si peu. Les poses aujourd’hui sont juste plus audacieuses et le désordre au pied de ces dames un peu plus grand.

Les poupées double-face, tissus et couture, 2006 de Lamia Ziade, artiste libanaise qui oeuvre entre Paris et New-York.
Un détail du célèbre Bain turc de Jean-Dominique Ingres , 1862.

« De belles femmes nues dans des poses diverses… les unes conversant, les autres à leur ouvrage, d’autres encore buvant du café ou dégustant un sorbet, et beaucoup étendues nonchalamment, tandis que leurs esclaves (en général de ravissantes filles de dix-sept ou dix-huit ans) s’occupaient à natter leur chevelure avec fantaisie » (le bain des femmes d’Andrinople par Lady Mary Montaigu, Turkish Letters, 1763)

lamia.jpg

ingres.jpg