Thomas Ruff, nude ye29, 2003

Objectivement, l’objectivité serait-elle ? Thomas Ruff, chef de file de l’école de Düsseldorf réinterroge perpéptuellement le médium qui est le sien, la photographie. Quitte à être un photographe qui ne photographie pas. Ainsi ses « Nudes », clichés hards glanés sur le net et qu’il retravaille, produisant une sorte de matérialité hybride, une réalité paraissant irréelle. Les objets sont devenus des fétiches-machines, des objets de culte étranges, des sculptures involontaires, des objets pour ainsi dire auréolés. Le tout agit comme un surréalisme sans rêve. Un recyclage de photographies usagées, un peu comme un erzatz de l’art dont Ruff ferait un art de la surface.

Thomas Ruff, nude bi14, 2004