You are currently browsing the daily archive for juillet 1, 2007.

brase.jpg

Dans un rendez-vous, on se livre aux embrassements partiels, visage contre visage, sein contre sein, Jadgana contre Jadgana, cuisses contre cuisses, et aux étreintes de tout le corps, avec toutes sortes de mignardises, la femme laissant flotter ses cheveux épars.

Ces étreintes portent les noms suivants: 1° celle du lierre; 2° celle du grimpeur à l’arbre; 3° le mélange du sésame avec le riz; 4° celui du lait et de l’eau.
Dans les deux premières, l’homme se tient debout; les deux dernières font partie de la connection.
1° La femme enserre l’homme comme le lierre l’arbre; elle penche la tête sur la sienne pour le baiser en poussant de petits cris: sut, sut; elle l’enlace et le regarde amoureusement.
2° La femme met un pied sur le pied de l’homme et l’autre sur sa cuisse, elle passe un de ses bras autour de son dos et l’autre sur ses épaules, elle chante et roucoule doucement, et semble vouloir grimper pour cueillir un baiser.
3° Contact
l’homme et la femme sont couchés et s’étreignent si étroitement que les cuisses et les bras s’entrelacent comme deux lianes et se frottent pour ainsi dire.
4° L’homme et la femme oublient tout dans leur transport; ils ne craignent et ne sentent ni douleur, ni blessures; se pénétrant mutuellement, ils ne forment plus qu’un seul corps, une seule chair, soit que l’homme tienne la femme assise sur ses genoux, ou de côté, ou en face, ou bien sur un lit.

Extrait des Kâma Sûtra

hayez3.jpg

Francesco Hayez, Rinaldo e Armida, 1812-1813

hm_ruff.jpg

Thomas Ruff, Nudes ez14, 1999

nangoldin_rise_and_mondty_k.jpg

Goldin, Nan
Rise and Monty on the lounge chair, NYC
"Ballad of Sexual Dependency", 1988

Un petit haïku du dix-huitième siècle :
"Ma corne de buffle
S’est fendue, chuchote-t-elle
A son médecin"

04-003906.jpg

04-0039051.jpg

La corne de buffle, appelée ‘messire de la Corne’, était le matériau principal dont étaient façonnés les olisbos, ou pénis artificiels.
La corne de buffle, dure et impossible à ramollir, était néanmoins considérée comme de qualité inférieure à l’écaille de tortue.

Album de treize estampes érotiques, 1801
Eiri Hosoda (actif de 1790 à 1800)

avertissement

D'accord, ce blog investit le champ artistique... Néanmoins, certains billets pourraient être fort explicites suivant les tribulations de l'auteur. Vous voilà prévenus.

point de vue

il n'y a pas d'art érotique. Il n'y a que l'art. Il peut bien sûr être érotique. Question de point de vue... sur l'art.
juillet 2007
L Ma Me J V S D
« juin   août »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

Archives

Catégories

Stats depuis le 17.06.07

  • 3,696,083 visites
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 66 autres abonnés